Hyperandrogénie

Qu'est-ce que c'est ?

L’hyperandrogénie est définie par un excès d’androgènes circulants dans le sang. Les androgènes sont les hormones masculines principalement représentées par la testostérone. Chez la femme, ils sont normalement produits par les ovaires et les surrénales en petite quantité. Un bilan hormonal avec dosage des androgènes aide à confirmer le diagnostic et préciser la cause.

Quels sont les signes cliniques évocateurs ?

Les signes cliniques évocateurs sont les suivants :

  • Hirsutisme : l’hirsutisme correspond à une pilosité faite de poils durs et pigmentés développée dans des territoires à prédominance masculine comme le visage, le torse, la ligne blanche, le dos, les fesses, les parties internes et postérieures des cuisses…
  • Acné et Séborrhée : le follicule pilo-sébacé est une unité constituée par le poil et la glande sébacée. La séborrhée est un excès de sébum produit par le follicule pileux (peau grasse et cuir chevelu gras). Le sébum ne pouvant s’écouler correctement peut boucher le canal du follicule pilo-sébacé responsable d’une inflammation et de l’acné. L’acné est alors volontiers inflammatoire, sévère et précoce.
  • Troubles du cycle : il existe souvent des troubles du cycle avec une absence de règles (aménorrhée) ou des cycles longs et irréguliers.
  • Alopécie : cela correspond à une chute de cheveux au niveau du sommet du crâne ou sur les globes frontaux.
  • Signes de virilisation : en cas d’hyperandrogénie sévère, il peut exister une voix rauque, une morphologie masculine avec musculature développée.
hyperandrogenie
les causes

Quelles sont les causes ?

Cet excès d’androgènes peut provenir soit des ovaires, soit des surrénales.

Au niveau des ovaires

Le syndrome des ovaires micro-polykystiques est la cause la plus fréquente d’hyperandrogénie, touchant environ 10% des femmes.
Il se définit par la présence de 2 de ces 3 critères : aménorrhée ou cycles longs et irréguliers ; hyper-androgénie ; signes échographiques évocateurs.
Les patientes sont gênées soit par des signes d’hyperandrogénie marqués soit par des problèmes de fertilité.
Il s’accompagne souvent de signes métaboliques avec notamment une résistance à l’insuline, qui augmente à plus long terme le risque terme cardio-vasculaire, surtout en cas d’obésité associée.
Plus rarement, il peut s’agir d’une tumeur ovarienne secrétant des androgènes.

Au niveau des surrénales

Les surrénales sont des glandes qui synthétisent à partir du cholestérol 3 hormones essentielles à l’organisme : l’aldostérone, le cortisol et les androgènes.
Il existe des maladies génétiques entrainant un déficit d’une des enzymes permettant la synthèse de ces hormones. On parle d’hyperplasie congénitale des surrénales. Il en résulte un excès d’androgènes et un défaut plus ou moins marqué du cortisol et de l’aldostérone.
Plus rarement, il peut s’agir d’une tumeur de la surrénale sécrétant de façon excessive des androgènes.

On peut également retrouver une hyperandrogénie en cas de prise de certains traitements ou associer à certaines pathologies comme le syndrome de Cushing ou l’hyperprolactinémie.

Quelle est la prise en charge ?

Elle est très variable selon la cause.

Pour ce qui est du syndrome des ovaires micro-polykystiques, la prise en charge varie selon le désir ou non de grossesse.

Dans tous les cas, une prise en charge hygiéno-diététique est conseillée en cas de surpoids ou obésité associés qui entretiennent/aggravent le syndrome des ovaires micro-polykystiques (cercle vicieux).

En absence de désir immédiat de grossesse, le traitement consiste à diminuer la production ovarienne d’androgènes. Cela peut se faire par une pilule oestro-progestative, qui va stopper l’activité ovarienne. Selon la pilule oestro-progestative (notamment son type de progestatif), la balance œstrogènes/androgènes varie. Certaines pilules ont donc une action plus marquée sur l’hyperandrogénie.
En cas de signes plus marqués, des anti-androgènes sont utilisés notamment l’acétate de cyprotérone ou plus rarement la spironolactone. L’acétate de cyprotérone permet comme les pilules de stopper l’activité ovarienne mais possède en plus des effets anti-androgènes. Il joue sur la liaison des androgènes avec leurs récepteurs notamment. Ces effets sont doses-dépendants. Les effets attendus notamment sur l’hirsutisme sont lents (9 à 12 mois).

En cas de désir de grossesse et d’anovulation, une stimulation simple de l’ovulation est préconisée par du citrate de clomifène en première intention. Un bilan d’infertilité est réalisé pour vérifier l’absence d’autres facteurs impliqués. En cas d’échec des stimulations simples de l’ovulation ou d’autres facteurs d’infertilité associés, des inséminations intra-utérines ou des fécondations in vitro sont possibles.

Prise en charge avec un médecin

Suivez nos actualités

Accéder aux actualités

Service BabyMum

Vous allez bientôt accoucher à la clinique Natécia ? Aujourd’hui, la maternité lyonnaise Natécia est l’une des première structure à utiliser la technologie LINKEOS en proposant à l’ensemble de ses patientes le service BabyMum.

En savoir plus

3 centres de consultation

Centre Médical Ambroise Paré

Centre Médical Ambroise Paré

28, avenue Rockefeller
69008 Lyon
04 78 75 03 61
Centre Médical Créqui

Centre Médical Créqui

76 rue de Créqui,
69006 Lyon
04 87 24 93 02
Pôle Santé de l'Aqueduc à Mornant

Pôle Santé de l'Aqueduc

31 rue Boiron
69 440 Mornant
04 78 75 03 61