Diabète gestationnel

Qu'est-ce que c'est ?

Au cours de la grossesse, il existe une modification de la tolérance au sucre (intolérance). Certaines femmes ne peuvent plus réguler leur taux de sucre dans le sang conduisant à une hyperglycémie (excès de sucre dans le sang). C’est le diabète gestationnel.

Cette définition englobe en fait deux entités différentes qu'il convient de distinguer :

  • Un diabète de type 2 méconnu, préexistant â la grossesse et découvert seulement à l'occasion de celle-ci, et qui persistera après l'accouchement.
  • Une anomalie de la tolérance glucidique réellement apparue en cours de grossesse, généralement en deuxième partie, et disparaissant, au moins temporairement, après l’accouchement.

Le dépistage se fait au premier trimestre de la grossesse par la glycémie à jeun (taux de sucre dans le sang), et au 2ème trimestre de la grossesse par un test spécifique. Le taux de sucre est alors mesuré à jeun puis à 1 et 2 heures après l’absorption de liquide sucré. Une seule valeur supérieure aux normes suffit pour définir le diabète gestationnel. Le dépistage est prescrit surtout en cas de facteurs de risque (Age > 35 ans, Surcharge pondérale, Antécédents familiaux de diabète, Antécédents personnels de diabète gestationnel ou de gros poids de naissance notamment).

La prévalence du diabète gestationnel est en augmentation, estimée entre 2 et 6 % des grossesses.

Diabète gestationnel

Complications du diabète gestationnel

Celles-ci sont corrélées de façon positive et linéaire au degré de l’hyperglycémie.

Au niveau maternel, le diabète gestationnel est associé à un risque accru de prééclampsie (hypertension artérielle et protéines dans les urines) et de césarienne. Le surpoids, défini par un IMC ≥ 25 kg/m2, et l'obésité, définie par un IMC ≥ 30 kg/m2, sont des facteurs de risque de prééclampsie et de césarienne indépendamment de l'hyperglycémie maternelle. Leur association avec le diabète gestationnel augmente les risques de prééclampsie et de césarienne par rapport aux femmes diabétiques ayant un IMC normal.

Au niveau du fœtus, le sucre passe dans le sang fœtal. Le fœtus va compenser en augmentant son insuline pour tenter de normaliser son taux de sucre. La principale conséquence est la macrosomie (poids de naissance et périmètre abdominal augmentés), favorisant les traumatismes fœtaux et maternels lors de l’accouchement.

Au moment de la naissance, il existe un risque d’hypoglycémie néonatale sévère, d’hypocalcémie, d’ictère ainsi que de détresse respiratoire transitoire par retard de résorption du liquide amniotique ou maladie des membranes hyalines.

En cas de diabète de type 2 méconnu et d’hyperglycémie en début de grossesse (période de formation des organes), il existe aussi une augmentation du risque de fausses couches spontanées ainsi que de malformations fœtales.

Prise en charge du diabète gestationnel 

Le but du traitement est de normaliser les glycémies afin de réduire les complications du diabète gestationnel.

Il consiste dans un premier temps une prise en charge diététique avec une auto-surveillance glycémique. Si cela est insuffisant, une insulinothérapie pourra être indiquée.

Les objectifs sont d'obtenir une glycémie à jeun inférieure à 0,95 g/L et une glycémie 2 heures après le repas inférieure à 1,20 g/L.

Les grands principes nutritionnels sont les suivants : une alimentation équilibrée avec un apport en glucides (sucres) régulier et fractionné. Les sucres rapides ou simples sont à limiter au profit des sucres complexes pour éviter une élévation trop importante de la glycémie.

Une activité physique régulière, en l'absence de contre-indication obstétricale, environ 30 minutes trois à cinq fois par semaine est recommandée.

prise en charge du diabète

Suivi de grossesse - accouchement

Le suivi de grossesse, en cas de diabète gestationnel équilibré et en l'absence d'autre pathologie ou facteur de risque associé, sera classique. Dans ces autres cas, une surveillance à un rythme plus rapproché que le suivi prénatal mensuel sera recommandée.

Pour l’accouchement, de même, si le diabète gestationnel est bien équilibré, par le régime seul ou par l'insuline, et sans retentissement foetal, la prise en charge pourra être similaire à une grossesse normale. En cas de diabète gestationnel mal équilibré ou avec retentissement foetal, il sera discuté de provoquer l'accouchement à un terme qui devra tenir compte de la balance bénéfice-risque materno-foetale.

post-partum

Post-partum - pronostic ultérieur

Les femmes ayant eu un diabète gestationnel doivent être surveillées dans le post-partum immédiat pour s'assurer de la normalisation des glycémies sans traitement.
Le risque de récidive du diabète gestationnel varie de 30 à 84 % selon les études.
Le diabète gestationnel expose à un risque ultérieur accru de diabète de type 2, multiplié par 7. Le risque augmente avec l’âge et persiste au moins 25 ans. Un dépistage est recommandé dans le post partum puis tous les un à trois ans, selon les facteurs de risque, pendant au moins 25 ans. Ce dépistage peut être réalisé par la glycémie à jeun ou le test d’hyperglycémie orale provoquée.

Il est donc souhaitable de poursuivre les modifications de l'hygiène de vie (activité physique 30 à 60 minutes par jour au moins cinq jours par semaine, alimentation équilibrée, arrêt du tabagisme).

Les enfants nés de mères ayant eu un diabète gestationnel ont plus de risque de développer un surpoids ou une obésité ainsi qu’un diabète de type 2.

Suivez nos actualités

Accéder aux actualités

Service BabyMum

Vous allez bientôt accoucher à la clinique Natécia ? Aujourd’hui, la maternité lyonnaise Natécia est l’une des première structure à utiliser la technologie LINKEOS en proposant à l’ensemble de ses patientes le service BabyMum.

En savoir plus

3 centres de consultation

Centre Médical Ambroise Paré

Centre Médical Ambroise Paré

28, avenue Rockefeller
69008 Lyon
04 78 75 03 61
Centre Médical Créqui

Centre Médical Créqui

76 rue de Créqui,
69006 Lyon
04 87 24 93 02
Pôle Santé de l'Aqueduc à Mornant

Pôle Santé de l'Aqueduc

31 rue Boiron
69 440 Mornant
04 78 75 03 61